L’ILLUSION DE CONTRÔLE

- ATTENTION, article un peu long et SUPER vulnérable! <3 -

J’ai eu une réalisation de DINGUE hier.

Tu vois, j’étais posée tranquille à mon bureau et va savoir pourquoi je me suis mise à faire la liste de toutes les choses « malsaines » que je fais et qui (j’en ai conscience!) m’empêchent encore d’honorer tout mon potentiel.

Je crois que tout est parti d’une discussion qu’on avait avec une amie l’autre jour sur nos schémas pas forcément louables avec les hommes (heuu on en reparle dans un autre article? ;) ) et de ma conclusion qui était la suivante:

« Oh, tu sais: tant qu’on en a conscience c’est déjà énorme! ».

Certes, je crois que c’est vrai.

Que la prise de conscience de nos parts d'ombre et des schémas qui nous empêchent d’avancer c’est déjà la moitié du travail.

Mais j’ai senti en disant ça qu’il y avait un truc inconfortable qui s’était révélé en moi et qui n’allait pas me lâcher tant que je refusais de regarder ce qui se cachait derrière tout ça.

Du coup pendant plusieurs jours cette réflexion ne m’a pas quittée.

Est-ce que c’est vraiment suffisant d’avoir conscience de ses propres excuses et schémas négatifs sans rien en faire derrière?

Quelle est la différence entre l’amour inconditionnel pour ses parts d’ombre et cette façon sournoise dont on se cache derrière pour éviter d’avancer?

Je crois qu’en écrivant cette liste, pour la première fois j’étais prête à répondre à ces questions.

Bon, déjà j’étais pas fière de la longueur de la liste! -ahem-

Pour te donner un extrait voici ce que tu peux y trouver (points bonus si tu t’y reconnais aussi! :p) :

- Mes insomnies et ma relation compliquée au sommeil

- Ma façon de vouloir être plus intelligente que mes intuitions

- Mon dévouement pour les relations amoureuses sans avenir

- Mes rechutes d’ « écrivaine alcoolique » tous les six mois environ (bon, aux yeux des autres j’ai juste l’air d’une fêtarde comme les autres mais moi je connais mon poison)

- Mes questionnements incessants et sans issue dans lesquels j’adoreee passer bien trop de temps

- Mon addiction aux livres de développement personnel/business et aux formations (disons que ça dépend, la plupart du temps c’est top quand même, mais clair qu’il y a surconsommation!)

- Ma relation étrange à mon corps et à la nourriture (en 6 mois j’ai perdu, puis pris, puis récemment reperdu entre 10 et 15 kilos?! Sans compter mes obsessions parfois déroutantes pour certains aspects de la nutrition)

- Ma tendance à l’isolation extrême

- Ma procrastination « utile »
(Tu vois de quoi je parle? Faire des tas des choses « utiles » sauf LE VRAI TRUC que t’es censé faire?)

Et j’en passe!

(Welcome to mon chelou, people! <3 )

Or tu sais le truc le plus fou dans cette histoire?

C’est que secrètement J’ADORE toutes ces parties de moi.

Que je suis encore tellement attachée à elles parce que je suis persuadée qu’elles font partie de mon identité.

Et que d’une certaine façon, je refuse encore de complètement les lâcher.

BAM.

Alors oui, c’est vrai, j’ai acquis une discipline créative impressionnante ces deux dernières années (et j’en suis fière! ).

Et certes, j’ai une facilité à travailler vite, de façon très concentrée et hyper efficacement quand il le faut.

Mais tant que je suis accrochée à cette drôle de liste, c’est comme si je gâchais encore toute une partie de mon potentiel de créatrice.

Du coup je me suis demandée pourquoi?

Pourquoi je refuse de les lâcher outre mon attachement à cette identité?

Et c’est là que je suis tombée sur l’anecdote HYPER PUISSANTE d’une entrepreneuse que j’adore.

Elle racontait qu’avant de gagner des millions et d’aller LOIN avec son impact et sa mission, c’était comme si elle n'opérait qu'à 60% plutôt qu'à 100% de son potentiel.

Et que - je cite - (ATTENTION EXPLOSION DE REALISATION JUSTE LA!):

« J’opérais à 60% de mon potentiel et je passais les autres 40% à REVER de ce que ça ferait d’être à 100%. »


AAAAAH elle est pas juste TELLEMENT VRAIE cette phrase??

LE CHOC.

Je te laisse digérer ces mots au cas où ils ont le même effet sur toi qu’ils ont eu sur moi.

Passer la moitié de son temps à se demander ce que ça ferait d’être à 100%.

Tu vois l’idéeeee??

Que tout ce temps qu’on ne passe à pas à INCARNER qui on est vraiment,
on le passe à se demander ce que ça ferait de l’être.


Et donc aussi d’être:

A 100% dans son FLOW.
A 100% dans l’Amour.
A 100% disciplinée pour son travail, pour son business, pour son art, pour sa mission et pour sa vie dans l’instant présent.
A 100% engagée pour ce qui nous rend tellement EN VIE qu’on sait très bien que la seule façon de la vivre pleinement cette vie c’est de s’y ABANDONNER complètement.

Et pour ça?

A nous de laisser tomber tout le reste.

Les excuses.

Les doutes.

Les stagnations mentales interminables.

Et surtout: cette sacrée ILLUSION de contrôle.

Pour dépasser la résistance.

Et se fondre dans le FLOW.


Alors POURQUOI?

Pourquoi je refuse encore de la lâcher cette liste?

Pourquoi j’y tiens autant?

Tout revient à cette illusion de contrôle, justement.

Parce que j’ai réalisé avec tout ça (et en écrivant ces mots!) que toutes ces parties de moi auxquelles je tenais tant,
me servaient simplement d’illusion de contrôle.

Quand je me complais dans mes insomnies, j’ai l’impression de contrôler le temps, mes idées, mon avenir et même ma vie (no comment, c’est la vérité:p ).

Quand je me crois plus intelligente que mes intuitions, j’ai la sensation d’avoir le contrôle sur ces choses bien plus grandes que moi qui m’effraient parfois.

Quand je me retrouve constamment dans des relations sans avenir et que je sais que ça risque de ne pas marcher, je crois être dans le contrôle car au fond de moi je connais déjà la fin.

Bref, tu vois l’idée: toutes ces parties pas glorieuses de moi auxquelles je m’accrochais si longtemps,
c’était avant tout parce que je croyais qu’elle m’apportaient ce que chaque humain recherche malgré lui au milieu de ce chaos qu’est la vie:

Une sensation de contrôle complètement illusoire,
qui (ironiquement!) nous empêche de vivre notre MEILLEURE VIE.

Alors ça ressemblerait à quoi de lâcher cette illusion?
(Car oui, ce n’est qu’une illusion, on ne contrôle RIEN DU TOUT ici-bas.)

Pour moi ça ressemblerait à ça:

DU PUR FLOW.

A chaque instant de ma vie.

Je t’en reparlerai une autre fois (notamment dans le cadre d’une nouvelle offre d’accompagnement hyper PUISSANTE que je prépare!) mais pour faire simple, tu connais la recette magique du flow?

Car oui, lâcher le contrôle ne veut pas dire ne plus rien faire du tout BIEN AU CONTRAIRE!

La voici:

Discipline + Surrender (Abandon) = FLOW.

Voilà pourquoi pour être à 100% dans le flow (ou disons s’en rapprocher),
On se doit plus que jamais d’être discipliné(e) pour tous nos rêves et toutes nos actions alignées,
tout en lâchant toute illusion de contrôle qui va avec.

Discipline + Abandon total = FLOW.

Aucune place pour l’illusion de contrôle.

Aucune place pour les doutes.

Aucune place pour ces excuses joliment ficelées derrière notre soi-disant identité et qui nous empêchent d’incarner PLEINEMENT qui on est vraiment.

Bon, tu penses bien, si c’était aussi facile que ça on s’amuserait beaucoup moins à faire tout ce travail pour revenir à ce qui était toujours là et qu’on a oublié!

Et je pense que ça fait partie de cette expérience humaine de se planter et de devoir chercher au plus profond de soi pour constamment évoluer et revenir à cette vérité.

Mais je crois sincèrement que cette histoire de FLOW total, on peut s’en rapprocher.

En deux ans j’ai expérimenté 10000% plus de flow qu’en 27 ans de vie (cette formule marche vraiment je vous le dis!).

Or avec ces dernières réalisations je comprends désormais que...

CE N’EST QUE LE DEBUT.

Et je trouve ça hyper excitant.

Alors voilà:

FINI l’illusion de contrôle,

et bonjour

LA VIE.

- Affaire à suivre les gens! -

Avec Amour,

Votre entrepreneuse-créative-qui-sent-que-la-transformation-qu’elle-est-en-train-de-vivre-c’est-de-la-folieeeeeee-et-qui-a-peur-de-poster-cet-article,

Laura

***

Et toi, raconte-moi?
Que ferais-tu si tu les 40% que tu passes à réfléchir tu les passais dans le FLOW?
A quoi ressemblerait tes journées sans illusion de contrôle?
Y’a quoi sur ta liste à toi?