Argent

C’ÉTAIT JAMAIS L’ARGENT QUI NOUS IMPORTAIT

Depuis que je suis petite, j’ai toujours aimé faire de l’argent en m’amusant.

Ça a commencé par des spectacles avec ma soeur et les enfants du quartier.
On faisait payer 2.- l’entrée (parce que c’était ÉVIDENT que notre art était important!), et ça rendait l’expérience de la performance encore plus intense.

Ensuite il y a eu le magazine réalisé avec ma voisine, un joyeux mélange de reportages sur animaux, tests psychologiques et horoscopes (c’était Bibi qui s’amusait avec la page horoscope!), qu’on faisait naturellement payer 5.- parce qu’à nouveau, OUI c’était fun, mais on prenait notre mission de journalistes en herbe vraiment au sérieux!

Je me souviens aussi de cette fois où on avait eu l’idée d’organiser une fête foraine de quartier (je sais, j’ai grandi dans le quartier le plus OUF la terre:p ),
et où ma première question a été de savoir combien on ferait payer chaque attraction et par quel moyen (of course!),
ou encore de cette fois où j’avais proposé à ceux qui le voulaient bien d’aller faire du cirque dans la rue parce que ce serait un moyen TROP FUN de gagner plus d'argent.

Aaah et j’allais oublier!

Il y a avait les nombreuses escapades de musique vers Noël où on allait chanter dans les bars et où la générosité des adultes en état d’ébriété augmentait nos finances de 100.- chacun en une soirée!

Bref, à l’époque faire de l’argent en s’amusant c’était carrément évident.

Et puis il s’est passé un truc bizarre avec les années.

J’ai commencé à écouter les règles étranges de la société.

Tu sais, comme quoi faire de l’argent c’est avant tout DUR, et ça vient surtout quand tu fais un job pas très marrant.

Ou encore qu’il fallait arrêter de s’amuser et se concentrer pour faire des études sérieuses parce que c’était le seul moyen d’être respecté(e).

Ah, et ça c’est sans compter les nombreuses croyances sur le moneyyyyy qui me sont tombées dessus par la suite:

« L’argent, c’est sale! »

« Les riches sont des égoïstes! »

« L’argent ne fait pas le bonheur alors n’y pensons pas! »

C’était comme si après de joyeuses années de fusion,
le concept de l’argent avaient été violemment arraché de l’art, de l’amusement et de la joie.


Il y avait désormais d’un côté : travail dur, stress, et argent (qui s’en va vite de toute façon).

Et de l’autre côté: weekend, loisir, art (qu’il ne fallait SURTOUT pas mélanger à l’argent, et qu’on oubliait de faire quand le stress du manque d’argent arrivait.
J’avoue que ça me faisait quand même questionner cette histoire que l’argent ne faisait pas le bonheur, m’enfin! )

Or ce n’est que depuis que je me suis lancée dans ce chemin d’entrepreneuse créative et que j’ai été confrontée direct à ce fossé radical qui s’était creusé pour moi entre ARGENT et JOIE,
que j’ai réalisé que pour honorer ma mission et vivre A FOND de mes passions, il allait falloir reconstruire ce pont entre ces deux mondes qui semblaient aujourd'hui si éloignés.

Au début c’était vraiment galère.

Créer un pont de toute pièce quand t’as oublié les fondations c’est un sacré travail!

J’ai d’abord dû m’attaquer à ma valeur.

La valeur de mon travail.

La valeur de ma créativité.

La valeur de ce que j’apporte dans ce monde en tant qu’entrepreneure.

Puis il a fallut bosser cette question de culpabilité, parce que si tout ce que je fais me donne autant de joie, ai-je le droit de demander de l’argent en retour?

Et ça c’est sans compter les éternelles questions de légitimité, la peur de vendre, la peur de trop se démarquer ou pas assez, bref les questions classiques de l’humain qui se lance dans son VRAI chemin.

Bien sûr, tu penses bien que le job n’est pas fini (jouer à l’architecte qui crée des ponts entre les mondes ça s’apprend!), mais je peux te dire qu’en deux ans de chantier, j’ai réalisé un truc fascinant:

Si je m’écoutais, les plans pour la construction du pont entre ARGENT et JOIE je les avais déjà.

Il suffisait simplement que je retourne à l’enfant qui est en moi.


Celle qui avait compris une chose essentiel sur ce sujet là:

Que la raison pour laquelle c’était si évident de monétiser sa joie (comme j’aime le dire!),
c’était justement que ce n’était pas l’argent qui nous importait dans tout ça!


C’était l’énergie de folie que cet échange nous apportait.

C’était l’excitation de répéter nos morceaux de musique avec application avant d’aller les présenter avec fierté devant des inconnus.

C’était la sensation d’avoir une belle responsabilité, car à travers cette joie on allait être rémunéré.

C’était le défi d’aller encore plus loin dans notre excellence,
plus loin dans nos folies,
plus loin dans cette MAGIE!

Quand on mettait un prix,
on affirmait simplement l’importance de notre joie et notre créativité dans ce monde parfois trop gris.


Et par instinct on savait:

On savait que rien d’autre n’importait que ça.

Que de VIVRE chaque jour A FOND dans sa joie.

Et de sa joie.

Alors voilà, si toi aussi tu as oublié que ces deux énergies ne forment qu’une,

Rassure-toi:

Tu le SAIS déjà au fond de toi.

Il suffit de t’écouter et tu connais la voie.

Celle où chaque jour tu sauras affirmer la valeur de ton travail de créateur,

Et l’importance de ta contribution d’entrepreneur(e) de coeur,


pour ENFIN revenir à ce qui était naturel pour toi,
Et à nouveau monétiser
ta JOIE.

Avec Amour,

Laura