Super-pouvoir

JE HAIS MON SUPER-POUVOIR

(Et siouplais, dîtes-moi que je ne suis pas la seule !)

Il paraît qu’on a tous un super-pouvoir. 

Tu sais ce truc qu’on fait avec tant de facilité, 
qu’on ne se rend même pas compte que c’est une sacrée qualité ? 

Ce truc qui fait que l’espace d’un instant, 
on en vient à oublier notre propre mortalité 
tellement on parvient à se plonger dedans ? 

Et pour moi c’est l’écriture. 

Oui, c’est vrai, j’ai genre des centaines de passions. 

Et oui, je crois avoir d’autres talents qui se révèlent à travers la vidéo, les évènements que j’organise, les programmes que je propose et tout ce que je crée sur cette planète, qu’est-ce qu’ils disent ces autres, #multipotentialité, c’est ça ?

Mais le super-pouvoir c’est différent. 

Je te parle du SEUL TRUC où tu sais au fond de tes tripes que tu as le POTENTIEL d’être sacrément doué(e). 

Je te parle du SEUL TRUC que tu choisirais (sans doute à contre-cœur) si on te plantait un couteau sous la gorge en disant : « FINI LE PAPILLONAGE, TU VAS L’UTILISER TON VRAI TALENT OUI OU MERDE ?! ». 

Je te parle du SEUL TRUC que tu repousses systématiquement, 
et avec lequel tu es parfois HYPER perfectionniste parce qu’on t’a tellement complimenté dessus que tu n’arrives plus jamais à t’y mettre sans te dire :
« Damn, il faut vraiment que j’assure !! ». 

Voilà. Ca c’est ton super-pouvoir. 

Et aujourd'hui j’ai envie de te dire : parfois tu as le droit de le haïr. 

Tu sais quoi, il n’y a pas un jour où je me réveille sans maudire le fait que j’aime écrire. 

Je te jure, ça n’a aucun sens. 

Je sais que je devrais être super reconnaissante parce que j’ai trouvé ce qui me donne le feu aux tripes, 
Ce qui me donne envie d’arrêter le temps et de me perdre à l’infini dedans, 
Ce qui me donne tellement de joie que j’arrive à la transmettre aux autre de cette façon-là. 

Et même si une partie de moi est vraiment heureuse de tout ce que l’écriture m’a apportée, 
la plupart des jours je la vois plutôt comme une sacrée responsabilité. 

« Laura, tu SAIS que ton écriture peut transformer des vies, alors écris ! »

« Laura, applique-toi tu peux écrire bien mieux que ça ! ». 

« Laura, pense à ces gens qui te remercient, tu ne peux pas les décevoir ! »

« Laura, vu qu’on t’a déjà appelé écrivain, tu vas l’écrire ton premier livre ou bien ? »

Si encore l’écriture c’était un talent facilement lucratif !

Si seulement c’était un talent sexy ! (y’a que dans les films que les mecs se jettent sur la meuf qui passe ses soirées seule devant son ordi). 

Si seulement c’était un talent qui permettait je sais pas moi, d’écouter des podcasts en l’exécutant, histoire de pas avoir l’impression de perdre son temps !

Mais non, de tous les super-pouvoirs du monde il a fallu que je tombe sur celui qui demande énormément de concentration,  
beaucoup de solitude, 
et qui même si je décide d’y dédier ma vie, 
n’offre aucune garantie. 

Sans parler du fait qu’une personne sur deux n’hésite pas à te dire : 
« à quoi bon écrire, de nos jours plus personne ne lit ! ».

NICE. 

Merci l’Univers. 

Bon, je me plains, je me plains, mais tu penses bien, en vrai l’écriture et moi on le sait bien que c’est pour la vie. 

Seulement voilà, je crois qu’on ne parle pas assez de ça. 

De la façon dont ça peut être pesant d’avoir un semblant de talent. 

De la façon dont chaque « merci » te remplit de joie et te terrifie à la fois. 

De cette sensation étrange de porter en toi une sorte de cadeau empoisonné, 
Parce que tu auras beau l’ignorer, 
Tu ne peux pas y échapper. 

Alors voilà, aujourd’hui je décide de lever le tabou. 

Avoir un super-pouvoir c’est parfois VRAIMENT relou. 

C’est extrêmement demandant, 
C’est hyper exigeant, 
Ca demande BEAUCOUP trop de temps,
Bref, c’est la plus compliquée de toutes les relations que j’ai expérimentées (et venant de moi, c’est pas rien ! :p ).

Or même si je rêve parfois de m’en débarrasser, 
La vérité c’est que pour rien au monde je ne voudrais l’échanger. 

Parce que quand je joue le jeu et que je décide de m’y consacrer, 
J’en ressors toujours transformée. 

Et parce qu’une fois la résistance dépassée, 
C’est pas seulement la joie qui se cache de l’autre côté :

Mais aussi la surprise de retrouver à chaque fois, 
un petit bout de moi, 
un petit bout de toi. 

Et rien que pour ça, 
Je suis quand même heureuse de l’avoir, 
Ce super-pouvoir là. 

Avec Amour, 

Laura

***

Et toi raconte-moi ?
C’est quoi selon toi ton super-pouvoir ?
Celui que tu résistes ?
Celui avec lequel tu te mets beaucoup de pression et tu es bien trop perfectionniste ?