Tu ne seras Jamais Prêt

Hier j’ai mis mon site sur Facebook. Le tout début tu vois, je sais bien qu’il ne ressemble pas à grand chose pour l’instant, pis que c’est loin d’être parfait.
Mais si tu savais le nombre de trucs que j’ai attendu de faire dans ma vie par peur que ce ne soit pas assez bien, pas assez parfait.

Tiens, prend le bonheur. Si tu me connais maintenant tu sais que je suis du genre à squeeezer le bonheur out of this lifeeee à chaque moment !
Pourtant j’ai mis du temps à capter que c’était à moi de kiffer ma vie maintenant là tout de suite quoique je fasse, où que je sois. En fait le jour où j’ai compris que c’était l’inverse, que je ne pouvais pas attendre d’avoir une vie parfaite pour décider qu’elle le soit, beaucoup de choses ont changé pour moi.

J’ai une admiration sans limite pour ceux qui osent avant d’être prêts.
Et tu sais quoi, en réalité il n’y en a pas tant que ça.

C’est bizarre quand t’y penses, on naît sans être prêt. Sérieux on nous fait débarquer dans ce monde sans rien demander à personne comme ça aller zou, viens mon ptit que j’tembarque dans ce monde un peu fou qu’est l’aventure de ta vie. Oui je sais t’es pas DU TOUT prêt m’enfin, faudra faire avec.

Alors bon quand on est gosse on nous pardonne beaucoup. Tu peux pisser dans ton lit, sortir la mauvaise phrase au mauvais moment, créer un truc complètement dégueu et le monde entier va trouver ça chou. Et puis on grandit et d’un coup un truc bizarre se passe.
Soudain le monde n’est plus aussi clément. Soudain t’as plus le droit de te planter, on attend de toi que tu te comportes bien, et t’apprends bien vite que c’est le moyen le plus efficace pour t’intégrer : oser moins et suivre les autres.

Dans un meetup que j’organisais l’autre jour (un nouveau sur le thème des rêveees) on en est venu à la conclusion que le secret d’une vie adulte « réussie » c’était d’enlever toutes les couches qu’on avait accumulé depuis qu’on était gosse. Tu sais, un peu comme un oignon. Qu’en fait une grande partie de la vie on tentait d’y retourner, de retourner à ce sentiment d’intense liberté qu’ont les gosses, du temps où on s’en foutait royalement de savoir si le truc qu’on avait créé était assez bien alors le ramenait fièrement à nos parents et avec un peu de chance ils faisaient genre c’était la meilleure œuvre d’art du monde.
On s’en foutait parce qu’on le faisait avant tout pour s’amuser.

Et moi je crois que c’est ça le secret pour tout ce que t’as envie de tenter dans ta vie (ça peut être un nouveau projet comme essayer de trouver l’amour sur tinder :p).
Essayer de t’amuser à FOND, comme du temps où on était gosses. Quand je fais une vidéo ou que j’écris un article je le fais avant tout pour m’amuser. Je ne pense plus au fait que je n’ai pas assez d’expériences, que si ça se trouve personne ne vas regarder, que omygoddd y’a encore tellement à améliorer.
Je cherche avant tout à m’amuser, à me triper comme jamais, parce que de toute façon je sais, je sais que ça ne sera jamais parfait.

Tu ne seras JAMAIS prêt. Tu ne seras jamais assez formé, ce que tu crées pourras toujours être amélioré, tu ne seras jamais dans la bonne situation.
D’ailleurs le seul moyen pour t’améliorer c’est de constamment te lancer, constamment oser quoiqu’en disent les autres, quoiqu’en dise cette petite voix dans ta tête qui t’interdit bien trop de belles choses.

Et tu sais quoi, c’est tellement plus fun comme ça ! Ce serait extreeemly boring si à chaque fois qu’on faisait un truc on savait que c’était bien, on savait que ça plairait, on savait que ça marcherait !

Please, ne sois pas extremely boring.
Lance toi avant d’être prêt.
Lance toi juste pour t’amuser.
Lance toi parce que cette aventure humaine a un temps limité, et que toi et moi on sait que plus tard veut souvent dire jamais.

Lance toi parce que crois-moi, tu ne seras jamais prêt anyway.